Pop’clip « L’Homme 100 têtes », de Julien Lassort et Matthieu Burlot, vidéo miroir de nos identités multiples online, 3e prix Panasonic Art.
En construction, le site de Julien Lassort, vrai-faux Google : 6oogle.fr
"L’Homme 100 têtes", un prix Panasonic et un petit tour du Net pour Julien Lassort et Matthieu Burlot. © DR
< 07'11'08 >
Un film sans fesse et 100 têtes

Forcément, quelqu’un qui commence par « mesfesses.com » et continue avec « L’Homme 100 têtes », ça intrigue… Julien Lassort, jeune artiste pas vraiment diplômé des Beaux-arts (il travaillait trop sur le Net et pas assez dans les locaux de l’école), s’est fait remarquer sur la Toile en 2005 avec un site tout de Flash vêtu, « mesfesses.com ». Sexe et fesses, les deux mamelles de l’Internet… Par le petit trou de la serrure, l’artiste appâtait l’internaute pour lui proposer ses peintures SMS. Après des incursions réussies aux Flash et Pocket film festivals, on le retrouve auteur de vidéos minimalistes toujours très à-propos sur nos petites manies techno du moment. Dernière en date, donc, « L’Homme 100 têtes », qu’il a imaginée avec Matthieu Burlot (ami et assistant réalisateur), recompose un visage à partir de dizaines de bouts de têtes, de l’enfance à l’âge mûr. Avec cette idée simplissime de collage en stop motion, ils décrochent le 3e prix du concours création numérique de Panasonic Art (un prix doté de quelques milliers d’euros, son principal intérêt).

« L’homme 100 têtes », de Julien Lassort et Matthieu Burlot, 2008 :



« En ce moment, explique Julien Lassort, je travaille beaucoup la vidéo en participant à divers concours. Cela m’impose un thème sur lequel je me creuse la tête, me permet d’estimer mon travail et de voir comment celui-ci est perçu par un jury de professionnels et un public extérieur. » Et le film le rencontre, son public, pas forcément via Panasonic, mais grâce aux sites de partage vidéo (il a même été sélectionné sur la page d’accueil de Youtube France).

Du coup, le duo de réalisateurs envisage déjà la « version 2 ». En attendant, le 1er décembre prochain, c’est dans le salon de Panoplie qu’on retrouvera Julien Lassort pour « Puzzled », à l’invitation d’Annie Abrahams et sa série Double Bind. Une performance à la webcam où il sera encore question d’apparences trompeuses, de visage et d’image de soi, de pseudos et de représentations de soi à la sauce virtuelle. Puisqu’il apparaît que, de pseudos en avatars, la tendance du moment soit à la mise en scène de son propre ego sur l’Internet - via Facebook notamment. Cette vague de « moi je » passe d’abord par une certaine image de soi. Ce qui ne veut pas dire que l’internaute 2008 ait cessé de mentir…

annick rivoire 

votre email :

email du destinataire :

message :

< 8 > commentaires
écrit le < 10'11'08 > par < actar Hwv bis.fr >
Enfin ce n’est juste que du divertissement de masse
écrit le < 11'11'08 > par < dans iLm mesfesses.com >
Parce que l’art ne doit pas être pas être accessible à la "masse" ?
écrit le < 11'11'08 > par < actar bdo bis.fr >
Ce n’est pas de l’art !
écrit le < 12'11'08 > par < contact w2y azerty.fr >
C’est pas de l’art, c’est un clip
écrit le < 13'11'08 >
N’est ce pas de l’art vidéo ?
écrit le < 19'11'08 >
visiblement c’est une pub pour...
écrit le < 19'11'08 >
pour ......... ???
écrit le < 19'11'08 > par < contact pDq 6oogle.fr >
plus d’infos : www.homme-100-tetes.com