pop’in est un espace en friche, à investir pour discuter, amender, proposer et encore s’engueuler autour de thématiques diverses et variées.
< 20 > messages - dernier le < 22'09'09 > par < bozoorak nav gmail.com >
pop’net
thecenter.fr le < 03'08'07 >

ça fait pas longtemps que je surfe sur le xxx, juste 10 années... Avant, j’étais vierge ou idiote. A présent, c’est une autre histoire. Ce soir, je suis tombée sur THE site : thecenter.fr et tout en écoutant finkielkraut parler de zidane sur france Q et ceci sur ma si récente radio bose subventionnée par la scam. Bref, la voix d’Alain F. dit : "le sport a d’abord pour but de vous inculquer l’exercice de la règle". Oui, oui, c’est le même gars qui nous traite de "jeunesse zappeuse et riante" dans ses petits bouquins auto-édités par Radio-F. Le même gars qui pendant la campagne P. à la télé ne comprend pas qu’un mec qui vit depuis 2 générations en France n’est pas un immigré... enfin bref, un sale con comme je les aime de 68 qui a lu proust et yourcenar et pourtant... il fo qu’il le sache quand-même ce Alain-là ! il faut qu’il le lise, qu’il l’entende. quoi ? ben, que c’est un sale con se laissant insulté ou écrasé et se vautrant face au miroir du pouvoir (celui de la non-politique, de la non pensée, la non-culture... remember j.h. hoover. Ben j’ai lu Machiavel MOI monsieur). Donc, Alain F. un technophobe de plus, dans le même sac que celui du vieux révolutionnaire humaniste de stiegler, accrochés au pouvoir du rien, de leurs mots isolés, de la dénonciation, de l’out-résistance. Et ce qui me plaît, ce n’est pas le podcasting d’Alain F. possible, mais le fait que Raphaël K. (la voix qui conduit l’émmission) est celui qui a merveilleusement questionné Henry-Pierre Jeudy sur les blogs intimes... l’exhibition des corps. De cette radicalité. Octobre 2005, une émission présentée par Laurence Aloir, Médias du monde. Je me souviens, j’avais retranscrit ses mots entendus :

rfi Henri-Pierre Jeudy – oct 2005 - médias du monde

« Je pense qu’il y a un mode de jouissance qui serait celui par exemple d’une jouissance publique, mais publique totale, absolue, porter la jouissance publique à l’absolu sous une forme d’exhibition radicale de soi-même de telle façon que l’intimité elle-même soit exterminée, c’est à dire qu’il n’y aurait plus dutout d’intimité, l’idée qu’au fond que le corps est une chose absolument public. Alors évidemment, cela peut paraîtrre particulièrement effrayant parce qu’on peut aussi penser que l’érotisme au contraire c’est un jeu entre l’intime et le public c’est à dire que le dévoilement, la mise à nu du corps par exemple suppose au contraire un jeu de regard, on a l’impression d’une position inverse qui fait que à partir du moment où tout est public il y a rien qui soit caché en quelque sorte et qui exprime justement le retrait de l’intimité or ce retrait de l’intimité pour moi, c’est une source d’érotisme et cette source là semble disparaître au profit de cette jouissance d’une exhibition radicale.

RK : vous vous êtes promené sur un certain nombre de sites, de blogs amateurs, quelles ont été vos premières impressions ? HP J : Les premières impressions c’est quand même une monotonie de l’image et puis aussi peut-être une façon en fait d’exhiber son corps qui finalement ne montre pas une certaine singularité de chacun dans la position, dans la manière de présenter justement les parties du corps qui sont érotisées, ce qui apparaît le plus évident c’est le plaisir apparemment d’un anonymat mais sans chercher dans cet anonymat à faire apparaître justement une particularité érotique quelconque, c’est à dire que au fond on a à faire à une masse d’images, d’ailleurs souvent les gens disent quand il y a des commentaire qu’ils aimeraient avoir leur corps nus dans la foule, c’est assez étonnant, c’est toujours cette idée au fond qui revient d’une sorte de publicité du corps, d’exhibition publique du corps, mais sans recherche quand-même de singulariser cette façon de faire. Oui, il y a aussi l’anonymat, mais il y a aussi les visages cachés, non pas vraiment, il y a des visages, mais disons que le visage est livide, ou enfin il n’a pas d’expression, c’est à dire, c’est l’idée d’être sans expression comme si on pouvait attendre de l’érotisme que ce soit le corps qui lui même manifeste des expressions mais à partir du moment où la tête, le regard se désolidarise du reste du corps, le corps reste sans expression. » Henri-Pierre Jeudy

Bon allez bref, je retourne sur THE site, THE center.fr, celui d’un autre Alain, Alain B. comme le frèreS, par franc mac, mais mieux que cela. La loge en bas de chez soi. Il contrôle les contrôleurs le mec ! J’adore... agnès