pop’in est un espace en friche, à investir pour discuter, amender, proposer et encore s’engueuler autour de thématiques diverses et variées.
< 20 > messages - dernier le < 22'09'09 > par < bozoorak PLA gmail.com >
pop’net
Dailymotion censure le < 05'08'07 > par < agnes bzS not2be.fr >

Si tu tapes "dailymotion censure" sur google, ya 457 000 pages qui sortent et si tu tapes "daily motion censure" ya 919 000 pages. Il est peut-être question d’espace. C’est vachement intéressant. Même rue89.com s’y colle, en 5ème position du hit, sans espace et pour une histoire de channel censuré venant de chine, ouaip, facile les gars de rue89 ! à la surface de l’image comme dirait l’autre. Mais si tu as le courage d’y passer ta journée, ya des censures géniales, absurdes, becketiennes, kafka ?ennes, tchékoviennes, brechtiennes et très peu deleuziennes... non parce que l’objet de la censure est dirigé par l’aléatoire (c’est des gens et pas des machines qui opèrent), mais parce que tu tombes sur des sites improbables. Du genre page 61 de Google (suis paramétrée à 10 links par page de recherche affichée) : http://www.cite-catholique.org/viewtopic.php ?p=31573 le titre de la page linkée est : "L’État veut tuer l’Internet français"... Franck y écrit : "Pauvres petits fonctionnaires besogneux ! Ils n’ont pas encore compris qu’Internet est un réseau mondial et que si cela nous chante, nous pouvons dès demain délocaliser notre site sur un serveur situé dans l’État de Washington, à Tokyo ou même à Toronto." Ben, après les images sacrées de serrault et antonioni... à la TELEVISION, de ces images qui nous recadrent dans le bon chemin, ça déchire les mots espacés de Franck.

Et la page 71, celle de Fetish Doll, "Dailymotion sux !!! SHIT ! ILS M’ONT DE NOUVEAU FUMÉE SOUS MON NOUVEAU PSEUDO ! P’tain ! C’’est de plus en plus difficile de mettre du porno gratos en ligne… FUCK DA KGB !!!" Fetish Doll censurée qui resigne sur de nouveaux comptes...

Moi, j’imagine Franck et Fetish Doll se rencontrant nonchalement sur une terrasse le soir et discutant de choses et d’autres... cela me plaît. Il est sans doute question d’espace.

agnès