Pop’surf du 22ème Burning Man Festival , rendez-vous annuel de la dernière semaine d’août en plein désert du Nevada, aux Etats-Unis.
Ici commence... Burning Man : ce festival atypique s’est terminé la nuit dernière dans le désert du Nevada. © DR
< 04'09'07 >
Burning Man, l’utopie en plein désert du Nevada

Black Rock City a disparu de la carte ce matin. Fidèles au principe « leave no traces », les quelque 35 000 participants du Burning Man 2007 sont rentrés chez eux en laissant le désert du Nevada vierge de cette ville qu’ils ont construite, dont ils ont baptisé les rues (Boreal, Arctic, Estuary, Grassland, Jungle...), et dans laquelle ils ont vécu une semaine durant. Créé en 1986 à San Francisco, et déplacé quatre ans plus tard dans le Black Rock Desert, le Burning Man est un rassemblement unique : les festivaliers (« Burners » dans le jargon) vivent en autonomie totale dans des conditions assez extrêmes (45 ° à 50 °C le jour, 4 °C la nuit, pas de point d’eau, des vents de sable courants, entre autres réjouissances) et viennent communier dans l’art, la musique et la critique sociale (thème cette année : le rapport à la nature). Soit, dans un des coins les plus conservateurs des Etats-Unis, une poche d’utopie communautaire hippie-camp-alternative, où l’on se vit comme l’on est et où toute extravagance est la bienvenue.

L’expérience est unique, aux dires des participants venus du monde entier (dont des « french burners »), et culmine le samedi par le bûcher de « The Man » (victime cette année… d’un incendie criminel !), géant de bois construit par les participants (et ici, tout le monde participe à quelque chose). Nombreux sont ceux à avoir voulu partager leur Burning Man sur le web : des dizaines de blogs, bien sûr, une webradio, des posts sur YouTube et flickr, mais aussi des retransmissions vidéo en direct, sur le site officiel ou sur la chaîne en ligne Current.tv, qui a créé pour l’occasion une TV Free Burning Man, en accord avec les organisateurs (liste exhaustive des liens à cette adresse). Google Earth a même créé une carte spéciale... Doctress Neutopia en revient remontée comme un coucou : « Burning Man pourrait vraiment devenir un mouvement social, fusionnant art et politique pour la transformation et le salut de l’humanité. Pour se lever contre le régime corporate global et militarisé, nous avons besoin de lutter feu contre feu, symbole contre symbole, religion contre religion ». Bruno y était en 2004 et n’en est toujours pas revenu : « Toute personne qui vient pour la première fois en est les fesses par terre... Il n y a rien d’équivalent nulle part sur terre. Tous les soirs, il y a plus ou moins 200 fêtes et la semaine est bien remplie d’à peu près 500 événements... Les sculptures en tous genres sont un émerveillement permanent... films, concerts, théâtre, conférences, happening… » En attendant un reportage sur place, poptronics vous fait cadeau du véritable « burning of the Man », un sabbat de dix minutes. Enjoy !

Quelques images :

matthieu recarte 

votre email :

email du destinataire :

message :

< 1 > commentaire
écrit le < 06'07'08 > par < zaggypublic aJu hotmail.com >

Il existe une communauté de French Burners qui renseignent sur ce festival, aident à s’y préparer et organisent des événements dans cet esprit sur la France.

Ils viennent notamment de sortir un guide ultra complet sur BURNING MAN, téléchargeable sur leur site

http://www.frenchburners.org/